Théos et Logos

Toutes choses concourent à notre bien

Nous lisons en Romains 8:28 ceci: « (…) toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. »

Remarquez que le verset ne dis pas que certaines choses concourent à notre bien. Il ne dit pas non plus que toutes choses pourraient concourir à notre bien car cela aurait envisagé la possibilité qu’il y ait des choses qui ne concourent pas à notre bien. Or, le texte est formel, toutes choses concourent à notre bien.

Quelqu’un se demande sans doute : « est-ce que ce conjoint, ce patron, ce voisin ou ces beaux parents qui sont si difficiles à vivre concourraient-ils à mon bien ? » la réponse est: « OUI. » Alors, Comment une situation inconfortable et désagréable peut-elle concourir à notre bien… ?

Notons que Romains 8v28 ne dit pas que toutes choses nous procurent du plaisir, ni qu’elles nous font du bien ou un bien fou. Il est dit que toutes choses concourent à notre bien. Cela veut dire que peu importe si ces choses sont inconfortables ou désagréables, l’issue finale sera avantageux pour nous.

D’ailleurs, le texte précise que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. Autrement dit, ceux qui aiment Dieu, ceux qui ont un appel, ceux qui sont sujet à un plan divin, et c’est le cas pour nous tous, puiseront dans toutes ces expériences désagréables, la sagesse, la maturité et la consistance dont ils auront besoin pour accomplir leur destiné.

Mais, la condition c’est d’aimer Dieu et d’avoir une relation avec lui. Si nous évoluons en électron libre il y a de fortes chances que l’on subisse les circonstances et que l’on déprime. Or, si nous entretenons une relation avec Dieu, il nous donnera la grâce de surmonter et de tirer avantage même du pire qui pourrait advenir.

En effet, si je devais traduire Romains 8v28, je dirais: « Toutes choses ne concourent pas nécessairement et directement à satisfaire nos aspirations ou nos besoins affectifs, émotionnels ou matériels. Elles concourent toujours à bâtir notre homme intérieur, à nous assagir pour que nous soyons aptes à accomplir notre destinée. »

La difficulté que nous avons est liée à la façon dont nous percevons l’expression « NOTRE BIEN ». En général, nous y rattachons tout ce qui est agréable et confortable pour nous. Pourtant une pratique comme la circoncision, plus vieille que l’anesthésie, parfois douloureuse et inconfortable n’est pas contestée en raison de son utilité certaine.

De même, toutes les femmes ou presque rêvent d’être enceinte et de donner naissance à une vie en dépit du fait que la grossesse soit une longue période d’inconfort et de risques imprévisibles. Aucune femme apte à concevoir ne choisit d’adopter un enfant juste pour fuir l’inconfort de la grossesse. Il est donc évident que ce qui concourt à notre bien n’est pas forcément agréable ou confortable.

A propos de l'auteur

Eudes Léonel OTIRA

Eudes Léonel OTIRA

Je rêve de voir l'évidence de la connaissance, de l'amour et de la puissance de Dieu établies et démontrées sans contestation aucune.

Laisser un commentaire